Les Portes de Fer, J.C. Grondahl, Gallimard, 23.50€

 

grondahlTrois âges de la vie d’un homme, de l’adolescence à la maturité.

Au fil des années, ses espoirs, ses doutes, ses désirs évoluent au fur et à mesure des joies et des chagrins de la vie. Mais toujours une constante, la solitude, ce désir infini de liberté qui l’empêche de s’investir vraiment dans une vie sociale et affective normale.

 

Banal me direz vous ? Certes, mais l’écriture juste et sensible fait de ce roman introspectif une histoire de vie qui nous interpelle, quelque soit notre âge et notre parcours. A quel moment l’acceptation laisse la place au renoncement, quel regard l’adolescent que nous étions pose sur l’adulte que nous sommes devenus ? Quand nous sommes nous débarrassés de nos espoirs pour pouvoir enfin vivre dans le présent et profiter de la vie comme elle se présente ?
Et au fond il reste beaucoup de place pour installer une joie de vivre plus apaisée et plus sereine. 
Il y a mille interprétations à ce roman, mélancolique et doux.
A chacun la sienne…
Nathalie
Publicités

Donnez-nous votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s