White Trash, John King, Le Diable vauvert, 22€

white-trash
Chronique sociale très noire servie par une écriture électrique, « éreintante ».

La construction alterne une langue hachée, orale, violente avec une autre, précieuse et fluide, presque apaisante, mais ô combien inquiétante, chacune symbolisant un milieu social différent.

Un roman qui happe, entraine, enfonce le lecteur malgré lui, en faisant tomber toutes ses résistances !

Nathalie

 RÉSERVEZ  EN LIGNE !

Publicités

Donnez-nous votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s