Le Glacis, Monique Rivet, Métailié, 14€

Fin des années 50, Algérie, Laure occupe son premier poste de professeur de lettres dans un lycée. Projetée de sa France natale dans un pays qui subit des « événements » (doux euphémisme !), elle essaie de trouver sa place sans grand succès. N’arrivant à adhérer ni aux idées des uns, ni aux idées des autres, elle se retrouve meurtrie et en situation délicate.

Dans le personnage de Laure, on retrouve beaucoup de Monique Rivet… Propulsée dans ce pays difficile, sensible aux malheurs des algériens, elle n’arrive cependant pas à lutter contre son propre pays : « ce pays, je ne lui appartenais pas, je m’y trouvais par hasard. J’y étais de guingois avec tout, choses et gens, frappée d’une frilosité à fleur de peau, incapable d’adhérer à aucun des mouvements qui s’y affrontaient. Cette guerre, je ne la reconnaissais pas, elle n’était pas la mienne. Je la repoussais de toutes mes forces. Si j’avais eu à la faire… – s’il avait fallu que je la fasse, aurais-je pu la faire aux côtés des miens ? »

Écrit à la fin des années 50, ce livre n’avait jamais été publié. Il nous arrive aujourd’hui, chargé de toute sa douloureuse signification, bourré d’énergie et de jeunesse. Un très beau texte vraiment très fort, pour nous dire bien haut ce qu’il ne faut en aucun cas oublier…

L’auteur sera à la librairie le mercredi 7 mars à 18h30 !

Coline

Publicités

Donnez-nous votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s